Photo du centre
Centre de Radiologie Lyon
Dr D. Gatignon - Dr J-F Lapray - Dr J-H Vienne
Radiologie - Echographie - Mammographie - Ostéodensitométrie - Scanner - IRM
151 avenue de Saxe
69003 LYON

Tél. 04 78 60 18 26
Fax. 04 78 71 78 57
Imagerie médicale, radiodiagnostic général et dentaire, échographie, mammographie, scanner, IRM, imagerie de la femme, imagerie du tube digestif, imagerie osseuse

Infiltrations rachidiennes et articulaires radio-guidées

 

 

1 généralités

 

Les infiltrations ou injections locales de corticoïdes retard (Diprostène,Hydrocortancyl,Altim…) ont pour but d’obtenir une action anti-inflammatoire en cas d’échec ou d’insuffisance d’un traitement médical bien conduit. Elles ont un effet symptomatique sur la douleur, à court terme et, dans certains cas réduisent le risque de passage à la chronicité.

La plupart sont réalisées au cabinet du médecin traitant ou du rhumatologue grâce aux repères anatomiques de surface.

Le radio-guidage, par scopie ou par scanner améliore la précision de l’injection, notamment dans les régions profondes (rachis…)

 

Le délai d’action varie entre 48 heures et une semaine. Une recrudescence douloureuse peut s’observer dans les heures suivant l’infiltration

 

La durée d’action est variable, de quelques semaines à quelques mois

 

On peut réaliser jusqu’à 3 infiltrations, en les espaçant d’au moins 3 semaines

 

Précautions :

-  pour les infiltrations rachidiennes, il est souhaitable de prévoir 24 heures de repos

pour les infiltrations articulaires,éviter de mobiliser l’articulation pendant 24 heures

-en cas de traitement par anti vitamine K (AVK) :il peut être nécessaire,en accord avec le médecin traitant d’organiser un relais par Héparine de bas poids moléculaire (HBPM) : l’infiltration sera réalisée 24 heures après la dernière injection,après contrôle de l’INR qui doit être inférieur à 1,5

-en cas de traitement par anti-aggrégant plaquettaire : en accord avec le médecin traitant, un arrêt de 10 jours peut être organisé avec relais par Flurbiprofène 50 mg matin et soir(Cébutid). L’infiltration aura lieu 24 heures après la dernière prise

 

-en cas de diabète :il n’y a pas de contre indication à la réalisation de l’infiltration sauf en cas de déséquillibre .

Une surveillance de la glycémie capillaire est nécessaire après le geste

 

-en cas de fièvre :il faut reporter l’infiltration

 

complications :

. les risques infectieux sont prévenus par la réalisation d’une asepsie de la peau

. les risques hémorragiques par les précautions sus jacentes

 

2) infiltrations rachidiennes

 

Elles intéressent principalement le rachis cervical en cas de névralgie cervico-brachiale et le rachis lombaire en cas de lombo-sciatalgie ou lombo-cruralgie

 

Il en existe 3 types : foraminales,épidurales et articulaires postérieures

 

Dans tous les cas, une imagerie en coupes ,par scanner ou IRM sera nécessaire afin d’identifier précisément la zone conflictuelle , à la corréler au tableau clinique et donc améliorer l’efficacité de l’infiltration en le réalisant à cet endroit précis.

 

a)  infiltrations foraminales :

Cervicales ou lombaires,elles seront proposées en cas de névralgie cervico-brachiale, de cruralgie ou de sciatalgie rebelle au traitement médical, liée à une compression de la racine correspondante dans son trajet foraminal

Ce rétrécissement foraminal peut être d’origine discale (par protrusion ou hernie ) ou osseuse par ostéophyte du plateau vertébral ou du massif articulaire postérieur ( arthrose).

Photos

 

Déroulement :

.sous scanner

Le patient est en décubitus dorsal pour les cervicales et ventral pour les lombaires.

Une série de coupes de repérage confirme l’étage à infiltrer et permet de déterminer le trajet de l’aiguille

une asepsie soigneuse de la peau est réalisée

une anesthésie locale du trajet de l’aiguille est en général effectuée

l’aiguille est mise en place au niveau du foramen,au contact de la racine en cause. Cela provoque parfois une décharge électrique dans le territoire habituellement douloureux

Photo lomb cerv

On injecte une ampoule de corticoïde qui va diffuser autour de la racine et dans l’espace épidural

 

.sous scopie

.

Les procédures d’asepsie et d’anesthésie locale sont les mêmes

L’aiguille est mise en place sous contrôle scopique selon des repères radiographiques :

* A l’étage lombaire : le patient est installé en décubitus latéral. L’aiguille est mise en place sous le pédicule correspondant, à l’extérieur de la concavité de l’isthme ;

* A l’étage cervical : le patient est assis de profil. L’aiguille est mise en place au contact de l’extrémité antéro-supérieure du massif articulaire.

Une injection d’1 ou 2 cc de produit de contraste permet de vérifier la bonne diffusion avant d’injecter le corticoide

 

 

 

b)  infiltrations épidurales

c)  c) infiltrations articulaires postérieures 

elles sont indiquées dans les lombalgies par atteinte arthrosique ou syndrome des facettes articulaires .

Elles sont en général réalisées sous scopie,le patient en decubitus ventral légèrement soulevé sur le coté à infiltrer

Après l’asepsie cutanée,l’aiguille est mise en place avec ou sans anesthésie locale au contact de l’interligne articulaire .L’injection d’une demi- ampoule de corticoide a lieu apres ou sans injection contrôle de produit de contraste .On peut donc infiltrer 2 étages à chaque séance.

 

3)infiltrations articulaires

 

Elles interessent les articulations profondes : sacro-iliaques,hanche,épaule

Articulations sacro-iliaques : l’infiltration est indiquée en cas de douleurs fessières liées à une arthrose ou à une sacro-ileite ( pelvi-spondylite rhumatismale,psoriasis,entéropathie…) authentifiée par un bilan radio,scannographique ou IRM, à l’exclusion des atteintes infectieuses.Le contrôle peut etre scopique ou scannograhique.Le patient est en decubitus ventral.Les procédures d’asepsie et d’anesthésie locale sont les memes.L’injection est réalisée dans l’interligne articulaire et au contact car la capacité articulaire est faible.

En cas de douleurs bilatérales,. on espace chaque infiltration d’une quinzaine de jours

Photo

 

Epaule :

2 types d’infiltrations sont réalisables :

- sous acromiales : ce sont les plus fréquentes,indiquées en cas de tendinopathie de la coiffe des rotateurs (PSH).

Elles sont réalisées sous contrôle scopique ou échographique par injection de corticoide dans la bourse sous acromio deltoidienne,avec ou sans anesthésie locale

-  intra-articulaires :indiquées en cas de capsulite rétractile (épaule gelée).

L’injection est réalisée sous contrôle scopique,après injection de produit de contraste pour s’assurer de la bonne position de l’aiguille dans la cavité articulaire associé en général à un anesthésique locale.Cette injection a pour but,en plus de l’effet anti inflammatoire de distendre la capsule articulaire

.

 

Hanche et épaule :

En cas d’arthrose,l’injection intra-articulaire de corticoide ou de produit de visco-supplémentation (Hyalgan,Arthrum ) peut etre indiquée,l’interet du contrôle scopique étant de s’assurer du bon positionnement de l’aiguille par opacification préalable.

Imprimer le document

Mis en ligne le samedi 5 mai 2007 par Webmaster